Deux nouveaux satellites de Galileo mis en orbite de Kourou

viernes 11 de septiembre de 2015 04:14 GYT
 

KOUROU, 11 septembre (Reuters) - Une fusée Soyouz, tirée de la base spatiale de Kourou, en Guyane française, a mis en orbite deux nouveaux satellites du système de navigation européen Galileo dans la nuit de jeudi à vendredi.

La 12e fusée de fabrication russe lancée de Kourou par Arianespace a mis en orbite les satellites 9 et 10 de la série qui ont rejoint les huit déjà en orbite. C'est le groupe allemand OHB qui les construit, le britannique Surrey Satellite Technology fournissant la charge utile.

Une nouvelle mise sur orbite de deux satellites Galileo par une Soyouz est prévue avant fin 2015. Une Ariane 5 devrait emporter trois satellites de la constellation en même temps l'an prochain, pour la première fois.

"Le rythme de déploiement de la constellation Galileo s'accélère", a déclaré le directeur général de l'Agence spatiale européenne, Jan Woerner, qui assistait à son premier lancement au centre spatial guyanais.

Galileo "n'est pas qu'un système de navigation global. Il y a bien plus, des partenaires de différents pays européens, un partenariat fort avec la Russie. Nous prouvons que l'Europe est vivante, que la coopération transfrontalière est vivante, c'est ce qui compte pour moi", a-t-il ajouté.

L'objectif de l'Union européenne est le déploiement d'ici 2020 des 24 satellites nécessaires au fonctionnement du système de navigation européen rival du GPS américain, auxquels s'ajouteront par la suite six satellites de secours.

"Les applications existantes uniquement dans le domaine de la géolocalisation ont montré les immenses perspectives commerciales que peut générer Galileo", a commenté Andreas Lindenthal, responsable des opérations chez OHB.

"Nous sommes donc confiants pour les entreprises, les citoyens européens. Nous avons là une clef pour un développement significatif de nos économies", a-t-il ajouté.

Le programme Galileo est entièrement financé par l'Europe. Piloté par la Commission européenne avec le concours de l'Agence spatiale européenne, il vise à assurer l'indépendance de l'Europe dans ce secteur stratégique du positionnement par satellite. (Xavier Jessy, édité par Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)